Charles Bohlen

Diplomate

1904-1974

Fonctionnaire et diplomate de carrière américain qui fut en poste à Moscou entre 1929 et 1969.

Né à Clayton dans l'État de New-York d'une famille aisée, Bohlen fit de bonnes études collégiales et universitaires à Harvard. Ses grands-parents d'origine allemande ont acquis une notoriété certaine. Son arrière-grand oncle est le général Henry Bohlen de la guerre de sécession, né en 1810, premier général de l'Union né à l'étranger (Allemagne) lors de la guerre civile et grand-père de Gustav Krupp von Bohlen und Halbach (qui emploie le nom Krupp après avoir épousé Bertha Krupp, héritière de la famille Krupp, fabricants allemands d'armes). De cette façon, Charles E. Bohlen est lié par des liens de parenté avec Alfried Krupp von Bohlen und Halbach, principal fabricant d'armes de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Bohlen est également bien branché sur les milieux dirigeants américains: Il est le petit-fils du côté de sa mère du sénateur James Biddle Eustis, ambassadeur en France à l'époque de l'administration du président Grover Cleveland. Bohlen rejoint le Département d'État des États-Unis en 1929, apprend le russe et devient un spécialiste de l'Union soviétique, d'abord en poste à Riga en Lettonie. En 1934, âgé de 30 ans, il rejoint le personnel de l'ambassade à Moscou. Le matin du 24 Août 1939, il rend visite au diplomate Hans von Herwarth du Troisième Reich et reçoit l'intégralité du contenu du protocole secret du pacte germano-soviétique signé la veille. Le protocole secret contient une entente entre Adolf Hitler et Joseph Staline pour répartir l'Europe centrale, la région de la Baltique et la Finlande entre leurs deux pays. Roosevelt est informé de toute urgence. Les États-Unis ne transmettent cette information à aucun des gouvernements concernés en Europe. Une semaine plus tard, le plan est mis en œuvre avec l'invasion de la Pologne par les Allemands ce qui marque le début de la Seconde Guerre mondiale.

En 1940–41 il travaille à l'ambassade américaine à Tokyo et est interné pendant six mois avant d'être libéré par les Japonais à la mi-1942. Il travaille ensuite sur les questions soviétiques au Département d'État pendant la guerre, accompagnant Harry Hopkins lors de missions auprès de Staline à Moscou. Il travaille étroitement avec le président Roosevelt dont il est l'interprète à la Conférence de Téhéran (1943) et à la Conférence de Yalta (1945). Bohlen, critiqué par une partie des faucons au Congrès américain, porte une attention particulière à l'opinion publique, persuadé que l'influence nationale dans une démocratie est inévitable6. Lorsque George C. Marshall est nommé Secrétaire d'État en 1947, Bohlen devient un conseiller essentiel du président Harry Truman. En 1946, il est en désaccord avec son ami et mentor George F. Kennan quant à la façon de traiter avec les Soviétiques. Kennan propose une stratégie d'endiguement de l'expansion soviétique tandis que Bohlen est plus prudent et recommande une politique d'accommodation, c'est-à-dire permettant à Staline d'avoir une sphère d'influence en Europe de l'Est sans interférence des États-Unis.

______________________

© Sites JPA, 2018