John Dill

Maréchal

1881-1944

Officier de carrière qui fut initialement commandant du 2ème Corps d'armée de la BEF en 1939, puis chef de l'État-major impérial entre Mai 1940 et Décembre 1941, et représentant militaire personnel de Churchill à Washington.

John Greer Dill est un Irlandais du Nord qui naquit à Lurgan en Ulster d'une famille aisée. Il étudia au Chetenham College puis fut accepté à Sandhurst ou ses notes furent moyennes. Puis il fut accepté dans la 100ème Régiment d'infanterie en 1901. Il amorça une longue carrière régimentaire qui le fit participer à la Guerre des Boers, puis étudia au Staff College et cela fut la période la plus déterminante de sa vie professionelle. Il était bien articulé sur les questions stratégiques et fut un élément bien apprécié au GQG londonien durant la Première Guerre mondiale. Il passa de capitaine à brigadier-général. Au début de la guerre, il commandait le camp d'Aldershot, et fut promu commandant du 2ème Corps d'armée de la BEF. Mais en Avril 1940, il fut rappelé en Angleterre pour exercer ses compétences à l'État-major du War Office londonien. Dill y trouva un département complètement désorienté par les problèmes de la guerre moderne, et il n'hésita pas à le qualifier de "rassemblement de troglodytes".

Dans l'exercice de ses fonctions d'État-major, Dill avait eu l'avantage d'avoir pu longtemps exercer une influence déterminante sur la perception stratégique de Churchill que n'importe quel autre général britannique. Il remplaça Gort à l'État-major impérial en Mai 1940. Ses réalisations furent considérables dans le contexte défavorable de 1941. Il réussit à bâtir et à lier une relation convenable entre les généraux britanniques et leurs adjoints d'État-major pour mener une guerre prolongée, et prépara le terrain à une bonne position stratégique claire pour des généraux comme Brooke. Mais comme il était catapulté dans l'environnement nerveux et malsain entourant Churchill, Dill ne réussit pas à contruire une relation harmonieuse avec ce dernier et n'anticipait pas conserver son job. Son problème venait du fait qu'il était usé prématurément par les initiatives et humeurs de Churchill, et qu'il n'avait souvent pas le courage et la dureté requise pour se tenir debout devant lui. Churchill savait que Dill avait de meilleures connaissances stratégiques que Gort, et c'est pour cette raison qu'il ne nomma son représentant personnel aux États-Unis lors de la déclaration de guerre américaine. Dill s'imposa néanmoins à Churchill en lui présentant son mémorandum du 6 Mai 1941 et qui mettait clairement l'emphase sur l'importance stratégique vitale du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord sur le sort futur de l'Empire britannique et du moral de l'armée. Ce mémorandum fit un tel effet sur Churchill qu'il l'accompagna à Washington.

Les Américains furent impressionnés par le réalisme cinglant de Dill. Churchill le présenta à Roosevelt comme Lord root of the matter. Avec Harry Hopkins, Dill trouva le partenaire avec lequel il pouvait compter exercer une influence sur les "deux grands patrons". Dill eut également une meilleure collaboration avec le général Marshall, et ils pavèrent la voie à la conférence d'Argentia. En fait, Dill n'était qu'un ambassadeur amateur et servait de complément militaire pour l'ambassadeur Halifax. Lorsqu'il démissionna de son poste de chef d'État-major impérial, Dill conserva son job de représentant militaire de Churchill aux États-Unis pour maintenir l'harmonie anglo-américaine au niveau des États-majors. Il officialisa la relation patron-client entre les USA et l'Angleterre.

______________________

ã Sites JPA, 2003