Theodor Eicke

Général

1899-1942

 

Le commandant de la division SS Totenkopf. Il fut l'un des artisans de l'organisation de la Waffen-SS.

Né en Moselle, Eicke s'engage comme volontaire dans le 23e régiment d'infanterie bavarois. Plus tard, lors de la Première Guerre mondiale, il est l'officier payeur du 3e, puis en 1916, du 22e régiment d'infanterie bavarois. Décoré de la Croix de fer. Theodor Eicke n'a néanmoins aucun espoir de trouver du travail après la guerre; Il reprend des études à Ilmenau, ville natale de son épouse, mais les abandonne en 1920 dans l'intention de faire carrière dans la police. Ce projet se solde par un échec, dû non seulement à son manque de formation scolaire, mais aussi à sa haine de la République de Weimar et à ses participations répétées à de violentes manifestations politiques, interdites aux officiers de police. En 1923, Theodor Eicke est finalement engagé par le groupe industriel Farben dont il devient rapidement le chef du service de sécurité interne.

Durant l'entre-deux guerres, Eicke sr joint au Parti nazi et entra dans la SA qu'il va quitter rapidement pour se joindre aux SS. Fin 1931, Himmler le donne le grade de standartenfurher. Ses activités politiques attirent à tel point l'attention de son employeur que Eicke est congédié par IG Farben en 1932. Soupçonné de préparer des attentats à la bombe contre des adversaires politiquesbavarois, il est condamné, en juillet 1932, à deux ans de prison. Grâce à la protection du Ministre de la Justice, Franz Gürtner, il échappe à la condamnation et, sur les instructions de Heinrich Himmler, se réfugie en Italie pour s'occuper d'un camp pour fugitifs de la SS. En Juin1933, il est nommé par Himmler commandant du camp de concentration de Dachau, où sont alors détenus 2 000 prisonniers. Il y met immédiatement en place les bases du système concentrationnaire nazi, notamment en ce qui concerne l'obéissance aveugle des gardiens aux ordres, et le système de surveillance, de discipline et de châtiment des détenus, dont " le but est de briser psychologiquement, moralement et physiquement les prisonniers. Eicke participe également à la Nuit des Longs Couteaux : avec quelques gardiens, triés sur le volet, du camp de concentration de Dachau, il apporte son aide à Sepp Dietrich, commandant de la SS-Leibstandarte Adolf Hitler, pour incarcérer les principaux dirigeants de la SA.

À cette occasion, le 30 Juin 1934, il prouve sa totale fidélité à Himmler et Hitler en tuant le chef des SA, Roehm. Ce meurtre lui vaut d'être promu SS-Gruppenführer, ce qui le place au second rang de la hiérarchie SS. C'est sous le commandement de Eicke en 1939, que débute la transformation des SS-Totenkopfverbände c'est-à-dire du personnel des camps de concentration, en vue d'en faire des unités aptes à combattre sur le front qui constitueront la 3e Panzerdivision SS Totenkopf. Dès sa prise de fonction, il mobilise tous ses contacts au sein de la SS pour assurer un bon équipement à sa division, notamment en termes d'armes antichars, pour la motoriser et la doter d'un groupe de reconnaissance. À partir de ce moment, Eicke entame une nouvelle carrière et n'a plus de responsabilités dans l'organisation des camps de concentration. Richard Glücks lui succède en tant qu'inspecteur des camps, sous l'autorité d'Oswald Pohl. L'homme change de fonction, mais ses convictions restent les mêmes. Anti-catholique convaincu, il arrive, en 1940, à convaincre une compagnie entière de sa division de renoncer à la religion chrétienne, en le faisant acter par un tribunal administratif. Il veille scrupuleusement au respect des drastiques critères de recrutement de la Waffen-SS, n'hésitant pas à renvoyer des candidats pourtant acceptés mais qu'il juge personnellement non conformes aux normes physiques, raciales ou morales de la SS. et rechigne à voir ses officiers quitter la division Totenkopf pour renforcer d'autres unités. Au cours de la guerre, Eicke et sa division se distinguent par leur brutalité et le nombre de leurs crimes de guerre. Eicke évitera la proscription en périssant dans un accident d'avion en 1942.

_________________________

© Sites JPA, 2003