Phillipe Henriot

Activiste et ministre

1889-1944

 

Ancien professeur de lycée, militant de la Fédération nationale catholique, député de Bordeaux à partir de 1932, il devint l'une des plumes du journal Révolution nationale par ses articles et ses nombreuses conférences. Cependant, il demeure réservé à l'égard de la politique de collaboration du régime de Vichy, jusqu'au moment où de l'entrée en guerre de l'Allemagne contre l'URSS.

Cet orateur exceptionnel devint anti-communiste en 1943 et adhéra à la Milice; puis, il fit un voyage en Allemagne sur invitation et il en revient collaborationiste convaincu. Il est nommé Secrétaire d'État à l'information du gouvernement Laval en Janvier 1944, réalise le tour de force de prononcer deux fois par jour à la radio des éditoriaux qui suivent pas à pas l'actualité et qu'il a écrit sans une rature ou improvise. Il mena un combat acharné et souvent outrancier contre les radios de Londres et d'Alger, tapant sur les résistants, les Anglo-Saxons, les Juifs et les communistes. Son talent incisif et pathétique lui donna une audience considérable, même parmi ses adversaires, en raison notamment des destructions et des milliers de morts qui résultent des bombardements alliés dans les mois précédant le débarquement. Il illustra éloquemment les excès des maquisards et l'inquiétude qu'il ressent devant une révolution communiste. Condamné à mort par la Résistance, il est ababtu le 28 Juin 1944 dans son appartement par un commando de faux miliciens. Ses obsèques bonnent lieu en de nombreuses villes à d'importantes cérémodies auxquelles se prêtent parfois les autorités religieuses.

__________________________

© Sites JPA, 2003