Sophie Scholl

Étudiante

1921-1943

 

Étudiante et résistante allemande née à Forchtenberg et qui a organisé un réseau de résistance appelé Rose blanche.

Comme le reste des jeunes Allemands, elle est embrigadée dans les mouvements de jeunesse hitlérienne. Elle y ressent très tôt les restrictions de libertés, en particulier de pensée et de religion. Elle fait partie des Jeunesse hitlériennes et a pu terminer son université, puis ensuite sera affectée dans des "services du travail jusqu'en 1941. Scholl retourne à l'université de Munich en 1942 pour y poursuivre des études de philosophie et de biologie. Du fait de son éducation protestante, de l'opposition déclarée de son père Robert Scholl au nazisme, et de l’expérience vécue par son frère, militaire étudiant en médecine à Munich, puis infirmier dans les hôpitaux du front de l’Est, qui est témoin de la barbarie nazie à l'encontre des juifs et des populations russes, elle ouvre les yeux sur la situation de l’Allemagne. À partir de juin 1942, elle tient des réunions avec son frère Hans et Carl Muth. Elle les aide à imprimer et à diffuser les tracts hostiles au régime nazi et à la guerre. Sophie Scholl distribue également des tracts dans la rue, glissant des feuillets sur les voitures en stationnement et elle effectue quelques voyages en Allemagne pour promouvoir les idées de la Rose blanche auprès d'étudiants sympathisants.

 Après avoir lancé des tracts dans la cour intérieure de l'université de Munich, elle est dénoncée à la Gaestapo par le concierge de l'université et est arrêtée avec son frère Hans le 18 Février1943. Elle a résisté héroïquement pendant trois jours aux interrogatoires menés par Robert Mohr de la Gestapo de Munich. Au bout du troisième jour, elle craque enfin et dit : Oui, j'ai lancé ces tracts, je suis membre de la Rose Blanche, et j'en suis fière ! Conduite devant le " Volksgerichtshof " elle est condamnée à mort après un procès mené en trois heures seulement. C'est le juge Freisler lui-même, le chef du Tribunal du peuple, venu spécialement de Berlin, qui annonce la sentence pour faits de " haute trahison, propagande subversive, complicité avec l'ennemi et démoralisation des forces militaires ". Elle sera guillotinée le jour même le 22 Février 1943 à Munich à la prison de Stadelheim par le bourreau Reichhart, et cela malgré la législation allemande qui imposait un délai de 99 jours avant l'exécution d'un condamné. Selon le témoignage des gardiens de la prison, elle fait preuve de beaucoup de courage lors de son exécution. Scholl deviendra l'héroine de la RFA durant la guerre froide. Après la réunification allemande, les procès-verbaux des interrogatoires de la Gestapo ont été trouvés et ils ont inspiré le film Sophie Scholl, paru en 2005.

________________________

Ó Sites JPA, 2012