Kantaro Suzuki

Premier ministre

1868-1948

Officier de marine qui fut le premier ministre japonais du 7 Avril au 7 Août 1945.

Après des études secondaires, il s'enrôle dans la marine impériale en 1881 et diplômé de l'Académie navale en 1884. Il participa à la Guerre russo-japonaise de 1894-95 et ensuite celle de 1904-05. Il est promu vice-amiral en 1927 et grand chambellan de l'empereur de 1929 à 1936. Suzuki n'est pas un belliciste. Il s'est toujours opposé à la guerre contre les États-Unis, Suzuki devint premier ministre suite à la démission de Koiso, suite à l'offensive alliée de la bataille d'Okinawa.

Favorable à la reddition du Japon du fait de la situation militaire désastreuse de l'Empire, Suzuki ne put cependant se permettre d'accepter ouvertement l'ultimatum lancé par les Alliés à l'issue de la conférence de Potsdam, en raison du poids persistant des bellicistes dans l'Armée japonaise. Le 28 juillet 1945, face aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse, il employa le terme "Mokusatsu" (pouvant être traduit, selon le contexte, par "Je traite cela par le mépris", ou "J'en prends note". pour définir l'attitude de son gouvernement face à l'ultimatum allié. Selon certains auteurs, ce terme ambigu pouvait être interprété comme un simple refus d'aborder ouvertement la question de la capitulation inconditionnelle, afin d'apaiser les militaires japonais: l'administration américaine traduisit cependant cette expression comme un net rejet de l'ultimatum. Cette interprétation des propos de Suzuki, conjuguée à l'absence d'offre de négociation de la part de l'empire du Japon, furent parmi les facteurs qui menèrent aux bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki. de l'ultimatum. Cette interprétation des propos de Suzuki, conjuguée à l'absence d'offre de négociation de la part de l'empire du Japon, furent parmi les facteurs qui menèrent aux bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Finalement, c'est Suzuki qui négocia avec les Alliés la reddition du Japon, acceptée par Hiro-Hito, et cela malgré la tentative de coup d'État menée dans la nuit du 14 au 15 Août 1945. Suzuki démissionna deux jours après la reddition.

__________________

Ó Sites JPA, 2013