Edward Zmigly-Rydz

Généralissime

1886-1941

Officier de carrière polonais qui était le commandant en chef de l’armée polonaise en 1939.

Né à Lapszyne en Galicie austro-hongroise, il termina ses études secondaires à Cracovie et s’enrôle dans un programme d’officiers de réserve austro-hongrois en 1911. Mobilisé en 1914 Rydz passa en août dans la Légion Polonaise et combattit dans la célèbre 1re Brigade de Pilsudski. Il participa à de nombreuses batailles contre les Russes dans le secteur sud de la Vistule et monta rapidement en grade. En 1916 il devient colonel. Mais il n'oubliait pas pour autant sa vocation artistique et exposait ses œuvres dans une galerie de Cracovie. En 1917, après avoir refusé de prêter serment aux Austro-allemands, la Légion Polonaise fut dissoute, ses membres internés et Pilsudski emprisonné à la forteresse de Magdebourg. Sur recommandation de Pilsudski, Rydz (qui échappa à la prison pour raison de santé) devint chef de l'Organisation militaire polonaise (POW) et adopta le nom de guerre de Zmigly (=Le rapide ou L'agile) qui devint ensuite partie intégrante de son patronyme. En Octobre 1918, Rydz entra dans le gouvernement socialiste de Dazynski à Lublin en tant que ministre de la Guerre. Promu général de brigade, il insista sur le fait qu'il n'acceptait le poste qu'en tant que représentant de Pilsudski. C'est à cette époque qu'il commença à utiliser le double nom de Rydz-Smigly. Le 11 Novembre 1918, le gouvernement accorda les pleins pouvoirs à Pilsudski qui devint Chef de l'État provisoire. Après une courte hésitation, Pilsudski (à qui la collaboration de Rydz-Zmigly avec les socialistes déplaisait, ayant lui-même quitté la grande route du socialisme à l'étape appelée Indépendance confirma son grade de brigadier-général.

Lors de la Guerre russo-polonaise de 1920-21, Rydz aura quelques succès au combat. Il prend Vilno puis devient patron de la Lettonie et repoussa les soldats soviétiques. Son plus grand succès militaire a été la destruction de la 12ème Division soviétique avec pour conséquence la prise de Kiev. Il devient un personnage incontournable en politique polonaise. Lors du coup d’État de Pilsudski en 1926, Rydz devint représentant du maréchal pour tout ce qui concernait l'est. Le 13 Mai 1935, conformément aux dernières volontés de Pilsudski, Rydz fut nommé inspecteur-général des armées polonaises  par le président et le gouvernement de la Pologne. Le 10 Novembre 1936 enfin, il devint Maréchal de Pologne. C'est alors qu'il inversa son nom et se fit appeler Zmigly-Rydz.

Lorsqu’Hitler envahit la Tchécoslovaquie en Mars 1939, Zmigly-Rydz comprend que la Pologne est encerclée de trois côtés sur quatre. Il est le seul membre du gouvernement polonais à comprendre le danger que fait peser l’Allemagne sur l’intégrité territoriale de la Pologne. Il devient à ce moment le commandant en chef de l’armée polonaise. Il sait qu’une alliance avec la Russie soviétique pour la protéger de l’Allemagne est hors de question : Avec les Allemands sur le dos, nous risquons de perdre notre liberté mais avec les Russes nous perdrons notre âme. Le 7 Septembre, avec presque tout le gouvernement, il quitta Varsovie menacée. Peu après, la défense polonaise perdit toute cohésion suite à la rupture des communications, ce qui empêcha Zmigly-Rydz de commander réellement. À Brest (Biélorussie), alors ville polonaise, le 11 Septembre, il ordonna à Varsovie de se défendre à tout prix. Son plan consistait à faire de Varsovie et de la proche forteresse de Modlin les bastions d'un réduit central polonais capable de résister plusieurs mois tandis que le gros des forces polonaises tiendrait la zone limitrophe de la Roumanie en attendant la contre-attaque promise par les Franco-Anglais (c'est ce que l'on appelle la " tête de pont roumaine "). Ce qu'ignorait Zmigly-Rydz, c'était que la France et la Grande-Bretagne n'avaient aucune intention de ce genre et prévoyaient la chute de la Pologne. Ce plan devenait de toute façon inexécutable dès l'instant où Staline prit la Pologne à revers le 17 Septembre. Conscient du fait que toute défense contre ses deux voisins était impossible, Zmigly-Rydz ordonna aux forces polonaises de reculer vers la Roumanie et d'éviter tout combat contre les attaquants russes. Après avoir évité d'être capturé par les Russes et les Allemands, Zmigly-Rydz passa la frontière roumaine le 18 Septembre et fut interné. Passant également en Roumanie, le gouvernement polonais évita la capitulation de la Pologne et permit aux combattants polonais de continuer la lutte contre l'Allemagne ; la fuite de Zmigly-Rydz en Roumanie suscita certaines polémiques, étant donné qu'il était quand même général en chef. De nombreux soldats et aviateurs polonais traversèrent les Balkans et parvinrent en France puis, après Juin 1940, en Angleterre.

Comme généralissime, Zmigly-Rydz endosse toute la responsabilité du désastre militaire de septembre 1939. Il était un chef de premier ordre sur des fronts limités mais n'avait pas l'expérience stratégique d'un conflit majeur. Pendant son internement en Roumanie, Zmigly-Rydz commença à créer une résistance polonaise. Elle rassemblait des officiers fidèles au souvenir de Pilsudski. Encore en Roumanie le 27 Octobre 1939, il abandonna ses fonctions de commandant en chef et inspecteur-général des armées. Wladyslaw Sikorski en hérita, agissant alors dans le nouveau gouvernement polonais en exil en France (passé en Angleterre en Juin 1940). Rydz-Smigly fut transféré du camp d'internement à la villa d'un ancien premier ministre roumain à Dragoslavélé. Il s'en échappa le 10 Décembre 1940 et passa clandestinement en Hongrie. , Zmigly-Rydz meurt d'une crise cardiaque le 2 Décembre 1941, à peine 5 semaines après son arrivée à Varsovie.

_______________________

Ó Sites JPA, 2013