Otto Skorzeny

Lieutenant-colonel

Skorzeny

1908-1975

Officier volontaire allemand très impliqué dans les opérations spéciales menées par la SS dans tout le théâtre d'opération européen.

Né à Vienne d'une famille de classe moyenne, ce germanophone autrichien acquiert une expérience militaire précoce. Sa langue maternelle était l'allemand mais il parlait très bien français, anglais et italien3. Tout en étant membre d'un corps franc d'étudiants anticommunistes, il devient ingénieur. Un sport d'étudiants très courant à l'époque, la Mensur, consistant en des duels à l'épée avec armure partielle, le marque de plusieurs balafres au visage (des Schmisse), ce qui lui valut le surnom de "Scarface" que lui donnèrent plus tard les Alliés. Il rejoint le Parti nazi autrichien en 1931, puis les SA. Personnage charismatique, Otto Skorzeny joue un rôle mineur lors de l'Anschluss du 12 Mars 1938, en protégeant le président autrichien Wilhelm Miklas de nazis prêts à le tuer. Au début de la guerre, Skorzeny veut s'enrôler dans l'aviation, mais il est rejeté à cause de son âge. Il est accepté dans la SS et affecté à une unité prestigieuse: la Division Adolf Hitler. Son charisme audacieux, équilibré et imaginatif impressionne ses supérieurs par son dynamisme. Il attire l'attention d'Hitler qui aime les "originaux imaginatifs"... En Avril 1941, Skorzeny est promu Hauptsturmführer (équivalent de capitaine) avant de participer dès le 22 Juin à l'invasion de l'URSS où il parvient à faire de nombreux prisonniers. Le 20 Avril 1943, il est de nouveau promu et devient responsable de la nouvelle unité commando d'élite Friedenthal. Durant l'été 1943, il reçoit comme consigne, d'Adolf Hitler en personne, de retrouver Benito Mussolini, alors emprisonné en Italie, et de le libérer. Il mène alors une enquête de terrain qui lui permet de repérer l'endroit secret où est emprisonné le Duce et organise secrètement sa libération. L'opération Eiche est placée sous le contrôle opérationnel et la responsabilité du général des parachutistes de la Luftwaffe, Kurt Student, qui mobilise 382 Fallschirmjäger, les parachutistes d'élite de la Luftwaffe, qui sont divisés en deux groupes. Les uns qui, pour libérer Mussolini, encadrent Skorzeny et son petit commando d’une vingtaine de SS. Les autres, dirigés par leur major, Harald Mors, qui sécurisent les alentours du Gran Sasso pour empêcher l'arrivée de renforts ennemis. Le 12 Septembre 1943, à 14 h (7 heures après l'heure prévue), sans qu'aucun coup de feu ne soit tiré de part et d'autre, Mussolini est délivré de sa prison du Campo Imperatore alors qu'il est emprisonné et surveillé par des soldats italiens. Dans la confusion de la vacance des pouvoirs politiques et militaires italiens, ces soldats ont en effet reçu l'ordre de ne pas entraver une éventuelle opération d'extraction d'un prisonnier gênant. La réussite de cette opération aéroportée est due à l'effet de surprise et à l'efficacité des "Diables verts", les parachutistes d'élite de la Luftwaffe mais, pour les besoins de la propagande SS, tout le mérite sera attribué, à tort, à un seul homme : Skorzeny

_

Skorzeny libère Mussolini – Skorzeny en 1945

En novembre 1943, il est envoyé en France, sous la fausse identité du Dr Wolf, pour vérifier à Vichy, l'état de protection du maréchal Pétain, les Allemands craignant qu'il ne fût enlevé par les Britanniques par une opération aéroportée. Il constate que des barrages entourent suffisamment la ville et fait protéger son aérodrome. Il participe aussi à l'opération Rösselsprung en Avril et Mai 1944 visant à capturer Tito pour perturber le mouvement partisan communiste en Yougoslavie. En Hongrie en octobre 1944, il dirige l'opération Eisenfaust visant à enlever le fils de l'amiral Horthy pour faire pression sur celui-ci et obtenir sa démission. L'opération réussit mais n'obtient pas le résultat escompté de Horthy. On a cru longtemps qu'à la demande expresse du Führer, il a multiplié les missions derrière les lignes ennemies. La plus spectaculaire d'entre elles, l'opération Greif, a été de créer un groupe de faux soldats américains dans le but de semer la confusion dans les lignes arrière des Alliés pendant la bataille des Ardennes en Décembre 1944, opérant ainsi une des premières attaques False flag de la guerre. On craignit même qu'il tentât d'assassiner le commandant en chef des forces alliées en Europe, le général Eisenhower. Otto Skorzeny était lié au camp de concentration d'Oranienburg Sachsenhausen, selon les témoignages des déportés français qui figurent dans l'ouvrage Sachso publié par l'amicale de Sachsenhausen. À la fin de la guerre, il est Obersturmbannführer (équivalent de lieutenant-colonel) et, pour ses exploits, décoré de la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne. Vers la fin de la guerre, il participe à la création de Die Spinne (l'araignée), réseau chargé d'exfiltrer des anciens SS vers l'Italie. À la reddition allemande en Mai 1945, il est emprisonné pour ses activités nazies mais il sera acquitté des charges retenues contre lui lors de son procès dont celle d'avoir utilisé des uniformes de soldats ennemis. Si cette action est proscrite par les différentes conventions de guerre, il en fut gracié car un officier anglais, Forest Yeo-Thomas, confirma, le dernier jour de son procès que les Britanniques avaient eux aussi, auparavant, utilisé cette méthode pour infiltrer des prisons, en France, afin de délivrer certains des leurs. Après la guerre, Skorzeny s'enfuit vers l'Espagne franquiste. Il devient responsable du trésor de guerre nazi constitué (sans qu'Hitler le sache) par Martin Bormann dès 19449. Sa propre organisation, la Bruderschaft (la " Fraternité"), se transforme en ODESSA (Organisation des anciens membres de la SS), une organisation qui aurait été chargée de gérer les fonds récupérés par les anciens SS et permis ainsi d'assurer matériellement leur vie dans les pays d'accueil, notamment d'Amérique du Sud). En 1953, Otto Skorzeny est envoyé par l'ancien général Reinhard Gehlen en Égypte comme conseiller militaire du général Mohammed Naguib. Ultérieurement, Skorzeny acceptera de travailler pour le MOSSAD israélien, soucieux des préparatifs militaires égyptiens. Mais suite à la découverte d'une mission d'intimidation du Mossad en Suisse, provoquant des remous diplomatiques, le Premier ministre israélien Ben Gourion limogea le chef du Mossad qui dut rompre toute relation avec Skorzeny.

______________________

© Sites JPA, 2019